Définitions commençant par A

ACL

Access Control List (ACL), en français liste de contrôle d'accès, désigne deux choses en sécurité informatique :

  • un système permettant de faire une gestion plus fine des droits d'accès aux fichiers que ne le permet la méthode employée par les systèmes UNIX.
  • en réseau, une liste des adresses et ports autorisés ou interdits par un pare-feu.

Les ACL concernant les fichiers est très connu dans le monde Unix ou Linux, ils sont plus connues sont le nom "Gestion des droits d'accès". Le système de base peut prendre 3 valeurs pour 3 types d'utilisateurs : R (Read, lire), W(Write, écrire), X(Xecute, éxecution) pour le propriétaire du fichier et/ou les membres du groupe auquel appartient le fichier et/ou tous les autres utilisateurs. Ce système est très limité en entreprise, car souvent il y a des groupes intermédiaires qui peuvent nécessiter des accès spécifiques a certains fichiers. Les ACL permettent de combler les lacunes du système de base. On peut permettre à n'importe quel utilisateur, ou groupe, un des trois droits (lecture, écriture et exécution) et cela sans être limité par le nombre d'utilisateurs que l'on veut ajouter. Une ACL sur un pare-feu ou un routeur filtrant, est une liste d'adresses ou de ports autorisés ou interdits par le dispositif de filtrage.


Adresse IP

Une adresse IP est le numéro qui identifie chaque ordinateur, routeur, imprimante, etc… connecté à un réseau public ou privé utilisant le protocole Internet Protocol ou plus généralement connecté a Internet. Il co-existe actuellement deux versions d'adresses IP :

  • IPv4 : de la forme 192.168.1.25. Elle est actuellement la plus utilisée, elle est généralement représentée en notation décimale avec quatre nombres compris entre 0 et 255, séparés par des points.
  • IPv6 : La notation décimale pointée employée pour les adresses IPv4 (par exemple 172.31.128.1) est abandonnée au profit d'une écriture hexadécimale, où les 8 groupes de 2 octets (soit 16 bits par groupe) sont séparés par un signe deux-points : 2001:0db8:0000:85a3:0000:0000:ac1f:8001

Vu l'explosion des objets connectés et appareils nomades, l'IPv4 est voué à laisser sa place à l'IPv6. Même si la transition est longue, notamment chez les FAI, il faut privilégier l'utilisation de l'IPv6.


Afnic

L’Association française pour le nommage Internet en coopération (AFNIC), est une association à but non lucratif de type loi 1901. Elle a été créée en 1997 par la volonté conjointe de l’INRIA et de l’État français (ministères de l’industrie, des télécommunications et de la recherche). Elle est aujourd'hui régie par le décret du 6 février 2007 et elle gère les nom de domaines (TLD) .fr et .re ainsi que le .tf. Son siège est situé dans l'Immeuble International à Montigny-le-Bretonneux, Saint-Quentin-en-Yvelines. Les missions de l'AFNIC sont définies à l'article 2 de ses statuts. Pour favoriser le développement de l'Internet en France, l'objet de l'Association est d'assurer les missions suivantes :

  • l'attribution et la gestion des noms de domaine de l'Internet mentionnés à l'article L.45 du code des postes et des communications électroniques,
  • le développement de services support pour les applications de l'économie numérique et leur fourniture aux prestataires de service,
  • le transfert, au plan national et international, des connaissances et des savoir-faire acquis,
  • toute mission qui lui aura été confiée par les pouvoirs publics dans le cadre de la gestion de l’Internet.

L’AFNIC gère également les 3 autres ccTLD concernant des territoires d’outre-mer français les .pm .wf et .yt. Cependant il n’est pas encore possible d’enregistrer des noms sous ces TLD.


Android [Système d'exploitation]

Android est un système d'exploitation open source pour smartphones et tablettes. Il a été créé par Google en juin 2007 et est basé sur un noyau Linux. En 2015, Android est le système d'exploitation le plus utilisé dans le monde avec plus de 80% de parts de marché dans les smartphones.


Apple Talk

AppleTalk est un protocole de communication d'Apple. Il est employé par les ordinateurs Macintosh depuis 1984, d'abord en tant que partie intégrante du réseau LocalTalk puis en tant que protocole autonome (couches 3 à 5), le plus souvent au sein de trames Ethernet, l'ensemble étant baptisé EtherTalk. Utilisé jusqu'à la version Mac OS X 10.5x du système d'exploitation, il a disparu dans Mac OS X 10.6. Le protocole TCP/IP et la technologie Bonjour ont définitivement pris le relais.


ARCnet (Protocole réseau)

ARCnet est un protocole de réseau local similaire à Ethernet ou Token Ring. ARCnet est un acronyme anglais et veut dire (Attached Resource Computer NETwork). ARCnet fut inventé par Datapoint Inc. afin de permettre a des machines misent en cluster de communiquer entres elles.

Plus de détails sur le site historique (en)


Asynchronous Transfer Mode ou ATM

Asynchronous Transfer Mode ou ATM (traduit en français par « Mode de transfert asynchrone ») est un protocole réseau de niveau 2 à commutation de cellules, qui a pour objectif de multiplexer différents flots de données sur un même lien utilisant une technique de type TDM ou MRT (multiplexage à répartition dans le temps). ATM est un protocole asynchrone, s'appuyant fréquemment sur une couche de transport synchrone. C'est-à-dire que les cellules ATM sont envoyées de manière asynchrone, en fonction des données à transmettre, mais sont insérées dans le flux de données synchrones d'un protocole de niveau inférieur pour leur transport.


AS ou Autonomous System

Autonomous System, abrégé en AS, ou Système Autonome, est un ensemble de réseaux informatiques IP intégrés à Internet et dont la politique de routage interne (routes à choisir en priorité, filtrage des annonces) est cohérente sous le contrôle d'une seule et même entité, typiquement un fournisseur d'accès à Internet ou une plus grande organisation qui possède des connexions redondantes avec le reste du réseau Internet. Chaque AS est identifié par un numéro de 16 (ou 32 depuis 2007) bits appelé « Autonomous System Number » (ASN). Les ASN sont distribués de manière similaire aux adresses IP. En Europe, c'est le RIPE-NCC qui assume cette charge.


Auteurs et sources